Skip to content

Quels sont les différents taux d’occupation et comment les optimiser ?

Entre crise sanitaire, télétravail et démotivation des collaborateurs : le taux d’occupation des immeubles de bureaux est en baisse constante. Dans un contexte où l’immobilier représente le deuxième poste de coût pour les entreprises après la masse salariale, l’optimisation des m2 est un enjeu majeur pour les dirigeants. Comment faire face à la baisse du taux d’occupation ? 

QU’EST-CE QUE LE TAUX D’OCCUPATION ?

Il existe deux types de taux d’occupation : le taux d’occupation théorique et le taux d’occupation réel. Le taux d’occupation théorique est calculé en fonction du capacitaire du bâtiment. Le capacitaire représente la surface occupable de l’immeuble, d’un point de vue règlementaire et sécuritaire. Le taux d’occupation théorique indique le nombre de postes de travail par rapport au capacitaire du bâtiment. Le taux d’occupation réel se distingue du taux d’occupation théorique, car il correspond au nombre de postes de travail réellement utilisés en moyenne dans l’immeuble de bureaux. 

Bien avant la crise sanitaire, le taux d’occupation réel des immeubles de bureaux était en déclin. Dans un contexte post crise, la démocratisation du télétravail a fait chuter drastiquement ce taux d’occupation réel. En effet, en septembre 2021, 3 992 000m2 de bureaux étaient vacants en Ile de France (Immostat, Octobre 2021). Il est primordial aujourd’hui pour les entreprises de mettre des solutions en place pour optimiser ce taux d’occupation réel. 

LE TAUX D’OCCUPATION RÉEL : UN INDICATEUR DE LA SANTÉ DE L’ENTREPRISE

Un taux d’occupation réel bas est un indicateur d’alerte impactant le bon fonctionnement de l’entreprise. Tout d’abord, d’un point de vue financier, des surfaces inoccupées représentent des pertes financières importantes qui s’amplifient avec la hausse du prix de l’immobilier. Par ailleurs, le taux d’occupation réel impacte la productivité des collaborateurs. La baisse d’interactions et d’échanges entre les équipes affectent négativement leur motivation et leur efficacité. Enfin, un environnement de travail inutilisé rend la diffusion de la culture d’entreprise considérablement plus difficile.  

Ainsi, il est essentiel pour les entreprises de veiller à garder un taux d’occupation réel haut. Au-delà de l’aspect économique, le taux d’occupation réel est un levier de succès pour l’entreprise. Dans cette optique, l’entreprise se doit de rendre son environnement de travail plus attractif

DYNAMIC WORKPLACE ÉVALUE ET OPTIMISE LE TAUX D’OCCUPATION DES IMMEUBLES DE BUREAUX

Dynamic Workplace optimise les surfaces inoccupées des immeubles de bureaux afin de faire redonner envie aux collaborateurs de consommer leurs espaces de travail. Le savoir-faire de Dynamic Workplace repose sur une rentabilisation des espaces par les usages qui seront réellement au service des collaborateurs. En effet, si les collaborateurs ne se sentent pas bien dans leur environnement de travail, ils n’y resteront pas. Les entreprises veulent offrir un niveau de confort élevé et des conditions de travail optimales pour permettre à leurs collaborateurs d’être performants. Ainsi, le taux d’occupation réel augmente de manière naturelle. 

L’accompagnement de Dynamic Workplace pour évaluer et optimiser le taux d’occupation réel consiste à faire une refonte globale de l’espace selon le modèle DWS (Dynamic Working System) :  

  • La Core Zone : espace de travail individuelle, privative et confidentielle pour les moments de travail seul ou en équipe ; 
  • La Share Zone : espace de travail partagée et collaborative aux usages multiples qui dynamise les échanges ; 
  • La Life Zone : lieu d’accueil, de détente et d’échanges qui impulse toute l’énergie du bâtiment.  

Pour ce faire, l’accompagnement est composé de deux étapes clés. Premièrement, un audit est réalisé afin de faire un état des lieux. L’audit comprend d’abord une partie technique pour toutes les installations du bâtiment, une partie programmative pour l’agencement des lieux et enfin une partie autour des usages et sur la façon dont les collaborateurs consomment l’espace. Deuxièmement, une étape de conseil workplace débute avec un accompagnement à la conception et à la réalisation des nouveaux espaces. 

Dynamic Workplace accompagne ainsi les entreprises dans l’évaluation de leurs espaces ainsi que dans l’optimisation de leurs surfaces et des usages afin qu’ils soient au service des collaborateurs.